Questions aux candidats de la circonscription Marquette

Le territoire de la circonscription de Marquette est composé d'une partie de la Ville de Dorval et de l'entièreté de l'Arrondissement de Lachine. Le territoire de la circonscription rassemble des populations qui vivent des réalités sociales bien différentes. Elle compte 63 475 habitant.e.s dont 45 365 électeur.ice.s insctit.e.s au registre.

Concert'Action (CAL) est la table de concertation pour le développement social, intersectorielle et multi-réseaux de Lachine. Elle a pour objectifs d’identifier les problématiques locales, de mobiliser le milieu autour d’enjeux de développement social et de favoriser la réalisation de projets concertés sur son territoire afin d’améliorer les conditions de vie des résidents de Lachine dans une perspective de développement durable. CAL a invité les candidats à répondre à quatre questions en lien avec le développement du territoire et la qualité de vie afin de mieux les connaître.

Les questions ont été envoyées à toutes les personnes candidates de la circonscription Marquette. Vous trouverez les réponses des six candidats qui ont répondus ci-dessous. Ceux-ci ont été classés selon la première lettre de leur nom de famille tel que sur le site d'Élection Québec

Élection provinciale 2022

Réponses des candidats

 
Marc Baaklini - Coalition avenir Québec
Mark Baaklini image.png

Crédit photo : Coalition avenir Québec

1. Selon vous, quelles sont les trois grandes forces de la circonscription Marquette ?

  1. En tête de liste, un dynamique réseau communautaire et des élus municipaux proches de la population, qui collaborent et travaillent ensemble à l'amélioration de la qualité de vie dans Marquette. 

  2.  La proximité avec la ville centre, et le mélange d'éléments tels ; des importants axes de transports, des espaces de développement dans les parcs industriels, son patrimoine historique, de magnifiques berges et parcs donnant accès au Fleuve. Ces éléments font de la circonscription un lieu attractif apportant de nouveaux investissement privés et publiques. Ces éléments favorisent la création de richesses qui donneront des moyens aux élus de Marquette de soutenir les projets sociaux, communautaires, culturels, locatifs, touristiques, d'infrastructure et de transport. Le gouvernement peut être partenaire de cela. A titre d'exemple, dans son dernier mandat, dès 2019, le gouvernement de la CAQ a réalisé sa promesse d’un transfert de 7,2 G$ sur cinq ans, dont 730 M$ provenaient du transfert d’un point de TVQ. Un gouvernement mené par le CAQ, va pérenniser ce transfert aux municipalités en l’inscrivant dans une loi avant le 31 décembre 2024. Le partage de ces sommes se fait de manière inconditionnelle et aucune reddition de comptes n'est exigée des municipalités quant à leur utilisation. 

  3.  Finalement, ses habitants sont unis pour un avenir meilleur, plus prospère, plus sécuritaire et plus fier. C'est une richesse qui faut préserver, et mettre en contribution au développement de Marquette.

2. Si vous êtes élu comme député de la circonscription Marquette, quelles seront vos priorités d'actions?

Plusieurs enjeux sont présents partout au Québec comme dans Marquette; la réduction des iniquités sociales, l'accès à plus de place en CPE, de meilleurs services aux aînés, l'amélioration des infrastructures municipales, l'amélioration du transport durable, et le développement économique, locatif, social, culturel et touristique. Avec votre appui, je travaillerai de concert avec les organismes communautaires, et les élus de Marquette, pour répondre à leurs enjeux. À la Coalition Avenir Québec, nous proposons de créer davantage de richesse afin de mieux la redistribuer, le tout, en respectant la capacité de payer des québécois. 

 Trois exemples - Place en CPE :

  • Nous travaillerons à convertir les places non subventionnées privées en publics ;

  • Nous poursuivrons d’améliorer l’accès et la qualité des services éducatifs aux enfants ;

  • La formation et le recrutement de la main-d’œuvre qualifiée soit de 25 000 éducatrices d’ici 5 ans.

Amélioration du transport :

  • Dans un prochain mandat, l'équipe de la CAQ est déterminée à poursuivre le développement de grands projets de transport dans la région et la poursuite de l’électrification du transport. 

 
Ceci aura des impacts autant économiques que pour l’environnement, et permettra à Marquette de se désenclaver et de faciliter entre autres, l'accès au centre-ville.

Un gouvernement de la CAQ mettra en place un Bouclier anti-inflation pour aider les Québécois à faire face à la hausse du coût de la vie.

Les quatre mesures du Bouclier sont :

  • une baisse d’impôt responsable ;

  • un montant de 400 $ ou de 600 $ pour 6,4 millions de Québécois ;

  • une aide financière allant jusqu’à 2 000 $ pour les aînés à revenu modeste ;

  • un plafonnement des tarifs gouvernementaux fera une grande différence dans le portefeuille des Québécois.

3. Quelle est votre vision d'avenir pour le territoire de la circonscription Marquette?

La vision pour notre métropole, c’est un Montréal plus vert, plus innovant, plus sécuritaire, plus riche, plus francophone et encore plus inclusif.

Nous devons permettre d’assurer les services adéquats, de préserver la mobilité et la quiétude des habitants, et de valoriser le développement des secteurs sociaux, culturelles, économiques, locatifs, et touristiques de Marquette. Le comté doit composer avec des parcs industriels, un aéroport, des voies ferrées, d’importants axes routiers, dont un pont menant à la rive sud, la préservation d'un patrimoine historique, de magnifiques berges et parcs donnant accès au fleuve. 

 

Il s'agit d'atout indéniable qui génère un fort potentiel de développement social et économique pour Marquette. Le maintien et le développement du transport durable permettrait d'assurer les services adéquats, de préserver la fluidité et la quiétude des habitants, et de valoriser le développement des secteurs sociaux, culturelles, économiques, locatifs, et touristiques de Marquette.

4. Quels sont, selon vous, les principaux défis de la circonscription Marquette en lien avec les enjeux suivants et que proposez-vous pour y faire face :

  • Accès à des logements abordables et salubres :

Avoir un toit, c’est nécessaire à chaque personne, à chaque famille. Malheureusement, ceci est plus difficile pour certains d’entre nous. Lachine et Dorval n’y échappent pas.

 

Sachant ceci, dans notre premier mandat, la CAQ a multiplié les actions pour améliorer, avec les villes et les municipalités, l’accès au logement abordable, partout au Québec.

Notre gouvernement en a fait beaucoup en habitation. Avec le gouvernement de la CAQ, on construit beaucoup plus vite. On a déjà investi 1,3 G$ en 4 ans dans les logements sociaux ou abordables. Malgré le ralentissement dû à la pandémie et le manque de ressources de travailleurs en construction.

  • 8000 ont été construits ou sont actuellement en chantier ;

  • 7 000 de plus sont prévus afin d’atteindre notre objectif de 15 000 logements.

 

On est cependant conscients que dans les prochaines années, il faudra maintenir le rythme tellement les besoins sont grands. C’est aussi vrai dans Marquette !

 

Si les Québécois nous font confiance :

  • 1,8 G$ seront investis dans le logement social et abordable dans le prochain mandat.

Ce qui permettra la construction de près de 12 000 autres nouveaux logements !

 

On doit  rendre encore plus accessible le logement abordable, partout au Québec. 

C’est la meilleure façon de lutter contre la pénurie de logements.

  • Nous allons lancer un nouveau programme national, qui rendra 4 fois plus rapide la construction des logements abordables neufs.

  • Subventionner 7 200 nouveaux ménages de plus dans le Programme de supplément au loyer (PSL) 90,9 millions $.

 

En remettant 3 G$ par année de plus dans les poches des Québécois, en baissant leurs impôts et en les protégeant contre l’inflation, nous aiderons les Québécois à faire face à la hausse du coût de la vie, notamment la hausse du prix des logements.

 

Permettez-moi de porter les besoins de Marquette. Je pourrai travailler à ce que Dorval, Lachine et la Métropole reçoivent leur juste part.

  • Intégration des personnes immigrantes:

Je suis d’origine libanaise, et comme plusieurs résidents du comté de Marquette, la culture québécoise est mon identité.

 

Mon objectif est de maintenir et de faciliter les ponts entre les gens établis ici, et ceux provenant de différentes origines, de différents genres, qui choisissent de vivre au Québec, dans la région de Montréal et qui sont fiers d’être Québécois ou Québécoise.

 

La langue française est au cœur de notre identité nationale. Celle-ci doit aussi être la langue d'intégration des personnes immigrantes. C'est pourquoi nous avons investi davantage que les autres gouvernements dans les services de francisation. Nous continuerons en ce sens avec, notamment, la création de Francisation Québec. La maîtrise de la langue française par les nouveaux arrivants est l'une des conditions essentielles de succès au Québec.

 

L'intégration passe aussi par l'accès à un emploi de qualité. Ceci donne des moyens aux nouveaux arrivants, comme à tous les Québécois de lutter contre l'inflation. Depuis 4 ans, on développe l'économie et on crée des emplois de qualité, ce qui bénéficie à tous les Québécois.

 

Il faut le dire sans gêne: L’économie québécoise affiche une croissance exceptionnelle et c'est ici que non seulement le taux de chômage est le plus bas, mais c'est aussi ici que les salaires augmentent le plus rapidement.

 

Le Québec est déjà une grande terre d'accueil exceptionnellement accueillante pour les personnes immigrantes. Nous devons être très fiers de cela.

  • Environnement et changements climatiques :

En environnement, on a livré des résultats plutôt que de tenir de beaux discours. On a signé le plus gros contrat d’exportation d’électricité verte avec New York qui va retirer l’équivalent de 1 millions de voitures sur les routes ! Ça va nous rapporter des milliards de dollars et réduire les GES.

 

On a un plan chiffré et financé pour lutter contre les changements climatiques. On va électrifier notre économie – les transports, les industries, l’habitation – pour que le Québec continue d’être un leader mondial de l’économie verte.

 

On a pris des décisions courageuses : élargir la consigne sur les contenants, interdire l’exploitation du pétrole et du gaz, protéger 17% de notre territoire. Aucun gouvernement n’avait eu ce courage avant nous.

 

En environnement, on en a fait plus en 4 ans que les précédents gouvernements en 15 ans. On investit plus que jamais dans le développement du transport en commun et on a lancé des projets majeurs de trains électriques. 

 

On propose un plan chiffré, ambitieux et réaliste de réduction des GES de 37.5% d'ici 2030. Notre objectif de carboneutralité d'ici 2050 est aussi maintenu. 

 

Au niveau local, la mobilité durable compte parmi nos priorités pour les 4 prochaines années. 

Dans nos réalisations pour la région de Montréal, nous avons poursuivi la mise en place le REM et le prolongement de la ligne bleue du métro.

 

Dans un prochain mandat, l’équipe de la CAQ est déterminée à poursuivre le développement de grands projets de transport dans la région, et la poursuite de l’électrification du transport.  Ceci aura des impacts autant économiques que pour la protection de l’environnement.

Enrico Ciccone - Parti libéral du Québec
 
Sans titre (2).png

1. Selon vous, quelles sont les trois grandes forces de la circonscription Marquette ?

À mon avis, les trois grandes forces de la circonscription de Marquette sont :

  1. Ses enfants qui s’y scolarisent et qui sont notre avenir ;

  2. Ses adultes qui s’impliquent pour l’inclusion des moins nantis, des aînés et des nouveaux arrivants, ainsi que ses élu.e.s qui font preuve d’un grand dévouement pour le bien-être de leurs communautés, pour la protection de l’environnement, pour le développement économique et culturel, et bien entendu ses commerçants qui croient dans les services qu’ils offrent ; et

  3. Son territoire bordé par le fleuve St-Laurent qui est l’un des plus beaux panoramas au Québec, avec l’accès à l’eau et aux activités nautiques pour petits et grands.

2. Si vous êtes élu comme député de la circonscription Marquette, quelles seront vos priorités d’actions ?

Mes priorités sont :

  1. Continuer à être à l’écoute des groupes communautaires et des élus quant aux besoins en logement, notamment des logements sociaux, et m’assurer que nos aînés puissent continuer à vivre dans leurs maison le plus longtemps possible, et que les jeunes aient accès à leur première propriété. En bref : Un toit pour tous ;

  2. Continuer à faire toutes les représentations nécessaires pour relier de manière efficace et pérenne Dorval et Lachine avec le centre-ville de Montréal, que ce soit avec un tramway sur rails ou le 700 mètres à combler entre la Gare de Dorval et la station du REM à l’Aéroport ; 

  3. Continuer à travailler avec vous pour des infrastructures sécuritaires et dignes du XXIe siècle.

3. Quelle est votre vision d'avenir pour le territoire de la circonscription Marquette?

Marquette est un joyau prêt à être découvert ! Ma vision d’avenir est un Marquette connecté au centre-ville et au reste de la grande région métropolitaine, où le transport en commun est accessible et efficace, permettant aux travailleurs de venir facilement travailler dans nos établissements et industries, aux jeunes d’étudier au centre-ville, aux malades de se rendre aisément pour leur soins, et bien entendu aux Montréalais de découvrir l’un des plus beaux coins du Québec !

Faciliter le transport aurait un effet concret sur le développement économique et social des résidents de Marquette. On devra s’assurer que ce développement se fasse de manière harmonieuse en réduisant les effets négatifs de la gentrification.

 

Je vois aussi une circonscription avec des jeunes actifs et engagés dans la protection de leur environnement, de vrais ambassadeurs pour le reste du Québec.

4. Quels sont, selon vous, les principaux défis de la circonscription Marquette en lien avec les enjeux suivants et que proposez-vous pour y faire face :

  • Accès à des logements abordables et salubres :

Avoir un toit est un droit fondamental. On ne peut pas, au Québec, au XXIe siècle, avoir autant de concitoyens qui n’arrivent pas à avoir un toit salubre et adéquat, et penser que ça va s’arranger tout seul.

Je talonnerai le gouvernement pour qu’il refinance Accès Logis, un programme qui permettait - depuis les derniers 25 années - aux groupes communautaires locaux de proposer des solutions de logements sociaux pour leur communauté, et pour que le nouveau Programme habitation abordable Québec (PHAQ), de la CAQ, ne soit pas qu'exclusivement bénéfique pour les promoteurs.

Quant à la salubrité des logements, il faut donner des dents aux lois pour que les municipalités puissent avoir des règlements qui pénalisent et dissuadent les propriétaires sans conscience qui mettent en danger la vie des familles dans le besoin.

  • Intégration des personnes immigrantes:

Marquette compte une belle diversité culturelle, à l’image du Québec d’aujourd’hui, avec des Québécois d’expression française, d’expression anglaise et d’autres expressions. Nous recevons également un bon nombre de réfugiés.

À mon avis, nous devons œuvrer pour sensibiliser chaque personne au fait qu’il et elle fait partie de l’intégration des personnes immigrantes, par son ouverture, par son intérêt et par son écoute patiente lorsque les personnes immigrantes font des efforts pour nous comprendre et pour s’exprimer en français. L’accueil empathique et la bonne volonté ont de bien meilleurs résultats que des lois répressives. 

Quant au rôle de nos institutions, je m’emploierai pour que les initiatives communautaires soient soutenues financièrement pour la francisation et pour l’accès à l’emploi, car il s’agit d’une des meilleures manières d’intégrer.

  • Environnement et changements climatiques :

Comme bien des circonscriptions québécoises, Marquette a des défis environnementaux reliés à la vétusté de plusieurs infrastructures. Pensons à la décontamination nécessaire du secteur de Lachine-Est, ou encore le rond-point Dorval. Mais, Marquette a également des défis propres à son territoire avec l’érosion des berges. Tous ces travaux de mises aux normes et de protection nécessitent des investissements importants, et tous mes efforts seront déployés pour que ce soutien arrive plus tôt que tard.

L’autre défi de taille est celui de permettre aux autos solos d’opter pour le transport en commun en connectant Marquette au centre-ville et au reste de la CMM. C’est une priorité. Marquette jouit aussi d’un potentiel incroyable avec ses pistes cyclables dans un paysage enchanteur. On doit travailler pour continuer à promouvoir le transport actif sécuritaire, et à élargir le réseau.

Jérémy Côté - Québec solidaire
 
Jérémy Côté image.png

Crédit photo : Québec Solidaire

1. Selon vous, quelles sont les trois grandes forces de la circonscription Marquette ?

Marquette est une circonscription dynamique avec une population ainsi qu'un réseau communautaire divers et engagé. Elle contient un grand potentiel, que ce soit pour développer une offre de logements rencontrant les besoins variés de la population ou de transport structurant pour mieux connecter nos quartiers entre eux ainsi qu'au centre-ville. Ces deux formes de développement établies en concert apporteraient également plus d'opportunités d'emplois pour nos résidents et résidentes et faciliteraient le recrutement de main-d'œuvre pour nos entreprises locales, tout en stimulant l'achalandage de nos commerces locaux, réduisant notre dépendance à l'automobile ainsi que nos émissions de GES.


En bref, les points forts de Marquette sont :

  • Sa diversité ;

  • Son réseau communautaire ;

  • Son potentiel.

2. Si vous êtes élu comme député de la circonscription Marquette, quelles seront vos priorités d’actions ?

J'aimerais me faire bref, mais je dois avouer que mes priorités sont nombreuses.


Transport :

  • Établir une extension de 700m du REM pour le connecter à la gare de Dorval ;

  • Établir le projet de tramway à Lachine, connectant au centre-ville par Lionel-Groulx et se terminant à la gare de Dorval ;

  • Réduire les tarifs du transport en commun clé de moitié pour l'entièreté clé la population.


Logement :

  • Établir un registre publique des baux ;

  • Enforcer l'indice du TAL pour contrer l'inflation abusive des loyers ;

  • Bonifier les services d'inspection de logements pour assurer la salubrité et le bon état de nos habitations ;

  • Assurer le financement requis pour que le projet d'écoquartier Lachine-Est possède une proportion adéquate de logements sociaux, abordables et familiaux.


Environnement :

  • Travailler de concerts avec nos municipalités pour accroitre nos espaces verts, surtout dans les quartiers en plus grand besoin ;

  • Assurer que l'établissement de le réforme de le consigne en 2023 rencontre les résultats désirés pour éviter quelconque rupture de service dans notre centre de tri pour matières recyclables et en améliorer le performance de façon adéquate ;

  • Travailler de concert avec nos municipalités pour protéger nos berges ainsi que le territoire du Champ des Monarques et ses environs.


Éducation :

  • Rapatrier les écoles privées qui le souhaitent dans le système publique et progressivement couper les subventions pour les autres écoles privées ;

  • Établir un plancher de service dans les établissements scolaires ;

  • Assurer la croissance du budget en éducation par une loi ;

  • Rendre accessibles aux enseignants et enseignantes des ressources pour diminuer leur charge de travail, leur permettre une conciliation travail-famille, plus d'autonomie professionnelle et des meilleurs salaires ;

  • La rénovation, verdissement et entretien de nos écoles.


Santé :

  • Nationalisation des CHSLD ;

  • Réinvestissement massif en prévention et rehaussement du budget et de l'autonomie de la santé publique ;

  • Rendre la RAMQ une option publique et universelle ;

  • Établir une assurance dentaire publique et universelle ;

  • Fonder Pharma-Québec pour la production et recherche de médicaments, vaccins et matériel hygiénique mieux marché pour la population.


Communautaire :

  • Assurer un financement adéquat de la mission des organismes communautaires pour leur offrir une forme de financement plus stable et leur permettre d'agir avec plus d'autonomie.

3. Quelle est votre vision d'avenir pour le territoire de la circonscription Marquette?

J'ai une vision d'un territoire plus vert et mieux connecté à ses environs, avec des espaces de fraîcheur accessibles à tous, du transport structurant fiable et universellement accessible, des commerces et services locaux qui s'épanouissent et une jeunesse en santé se projetant vers un avenir prometteur. J'ai une vision d'une marina propre pour la baignade, d'un Duff Court plus vert et mieux servi en matière d'alimentation, d'un Saint-Pierre décloisonné et d'une ville de Dorval assez abordable pour accueillir de nouvelles familles ainsi que retenir ses résidents et résidentes plus âgés.

4. Quels sont, selon vous, les principaux défis de la circonscription Marquette en lien avec les enjeux suivants et que proposez-vous pour y faire face :

  • Accès à des logements abordables et salubres :

Nos municipalités n'ont pas le financement nécessaire pour rencontrer tous les besoins de notre population en termes de construction et en maintien de nos logements. C'est pourquoi Québec Solidaire s'engage à financer un grand chantier de logements sociaux, en commençant par les projets déjà en attente ainsi que de créer un nouveau pacte fiscal avec nos municipalités pour réduire leur dépendance aux impôts fonciers et les aider à établir de nouvelles sources de revenus autonomes. L'accès à la propriété est également un enjeu urgent. C'est pourquoi nous établirons un fond de fiducie foncière, sous une nouvelle division de la SHQ, pour acheter et redistribuer 10000 habitations avec une réduction du prix de 25%.

  • Intégration des personnes immigrantes:

En parlant avec des organismes locaux et régionaux qui aident les groupes d'immigrants permanents, temporaires et sans statut, j'ai noté que les plus grands obstacles pour l'intégration des personnes immigrantes sont les conditions précaires des personnes sans statut ; le manque d'accès aux services sociaux ; la difficulté qu'ils et elles subissent pour faire reconnaitre leurs acquis éducatifs et professionnels et bien sûr la discrimination systémique.

C'est pourquoi un gouvernement solidaire s'engage à établir un plan de régularisation pour offrir à tous nos habitants un statut légal ainsi que les protections légales et l'accès aux services sociaux qui leur sont refusés.


Nous voulons également consolider les services de francisation sous Francisation Québec pour offrir une plus grande accessibilité et une meilleure expérience d'utilisateur.


Nous proposons un système de reconnaissance d'acquis accéléré, autant pour les acquis académiques que professionnels.

Finalement, un gouvernement solidaire s'engage à instaurer dans tous les organismes du secteur public un taux d'embauche de 25 % pour les minorités visibles et ethniques, jusqu'à l'atteinte de la cible globale de 18 % ainsi qu'un plan d'action national pour contrer les pratiques de profilage racial et social et une commission d'enquête sur le racisme systémique.

  • Environnement et changements climatiques :

Comme pour les enjeux de logements, les ressources limitées de nos municipalités, ainsi que les réalités infrastructurelles existantes, sont le plus grand obstacle auquel notre circonscription fait face surtout en ce qui vient à la protection du territoire, du verdissement de nos quartiers et le développement infrastructure propice au transport en commun.


C'est pourquoi Québec Solidaire a financer un chantier massif de transport en commun structurant dans le Grand Montréal, d'apporter l'aide financière requise à nos municipalités pour les verdir ainsi qu'améliorer le transport actif et protéger 30% du territoire Québécois en se concentrant sur le Sud du Québec où cette protection aura le plus d'impact sur la qualité de vie de nos habitants.

Shameem Jauffur- Parti Vert du Québec
 
Shameem Jauffur image.png

Crédit photo : Parti Vert du Québec

1. Selon vous, quelles sont les trois grandes forces de la circonscription Marquette ?

La circonscription de Marquette comporte de nombreuses forces, et selon moi, les trois plus grandes sont :

  • Nos richesses historiques incontournables (Canal Lachine, Lieu historique national du Commerce-de-la-Fourrure-à-Lachine, Musée de Lachine, Église des Saints-Anges, Musée d'histoire et du patrimoine de Dorval, etc.) ;

  • Une diversité culturelle et le bilinguisme qui nous démarque ; 

  • Un important carrefour économique avec l’aéroport de Dorval et les zones industrielles qui contribuent énormément à la croissance économique de Montréal et du Québec.

2. Si vous êtes élu comme député de la circonscription Marquette, quelles seront vos priorités d’actions ?

Mes priorités seront les suivantes :

  • Le développement du transport en commun à Lachine et Dorval y compris l’instauration du transport collectif gratuit, la construction de la ligne de métro à Lachine, l’investissement de $250M par année dans le développement des infrastructures cyclables et piétonnières, la création des vélo-routes, l’aménagement des zones sans automobiles, et l’extension du REM de 700 m de plus jusqu’à la gare de Dorval ; 

  • Accès à des logements décents et abordables. Actuellement il y une crise de logement à Marquette et au Québec ;

  • Relancer l’investissement dans la circonscription (petite et moyenne entreprises), créer plus d’emplois, réduire l’inflation et augmenter le pouvoir d’achat de nos citoyens (surtout pour nos ainés) ;

  • Développement des infrastructure publiques (écoles, hôpitaux, infrastructures sportives, etc.) ;

  • Amélioration du système de santé (plus de médecins et infirmières à l’hôpital de Lachine, réduction du temps d’attente, un médecin pour chaque famille résidant à Marquette) ; création de Pharma-Québec qui sera responsable de fournir gratuitement des médicaments de prescription ;

  • Tacler le problème de garderie et CPE à Lachine et Dorval. Nous avons plus de 50 000 enfants en attente d’une place dans un CPE ou une garderie subventionnée ; 

  • Régler le problème de pollution près de l’aéroport de Dorval. L’Université McGill a prélevé des échantillons et on a vu que l’air dans la ville de Dorval est 400% plus pollué que celui du centre-ville de Montréal. Ceci constitue une menace pour la santé des travailleurs et des résidents qui habitent à Dorval ;

  • Lutte contre l’injustice sociale et économique, le racisme et la discrimination surtout dans le système de la santé.

3. Quelle est votre vision d'avenir pour le territoire de la circonscription Marquette?

Ma vision est de transformer Marquette en une société plus verte, écologique, mais aussi juste, équitable et économiquement forte. Aujourd’hui, nos concitoyens de Marquette souffrent de l’inflation croissante, l'insécurité alimentaire, logements coûteux, un système de santé dépassé, l'inégalité des richesses et l'inaction face aux effets néfastes du réchauffement de la planète et des changements climatiques. Mon but est de réinventer Marquette en une région moderne à travers un programme éco-socialiste audacieux qui met en avant l’environnement, la paix, la démocratie, une économie forte, le bilinguisme et la justice sociale où tout le monde vit ensemble pour créer un demain meilleur pour nous tous et nos enfants. Ce n’est pas un rêve, car je suis convaincu qu’on peut le réaliser. 

4. Quels sont, selon vous, les principaux défis de la circonscription Marquette en lien avec les enjeux suivants et que proposez-vous pour y faire face :

  • Accès à des logements abordables et salubres :

Partout au Québec y compris à Lachine et Dorval, les temps sont durs pour les locataires. Les loyers ne cessent d’augmenter et le nombre de logements disponibles diminue. Le loyer des appartements a augmenté de 16% depuis 2020. Et vous avez des propriétaires de logement locatif qui cherchent à tirer profit au détriment des locataires. L’accès à un logement décent n’a jamais été aussi difficile à Lachine et Dorval.

 

Au sein du Parti Vert du Québec, nous allons :

  • Mettre en œuvre la nationalisation des logements locatifs. On va créer Habitations Québec, qui aura comme rôle l’expropriation des logements locatifs des grandes sociétés possédant plus de 10 logements qui seront payé à 80% de la valeur. Ces logements deviendront la propriété d’Habitation Québec. Les locataires pourront ensuite acheter ces logements ou continuer à les louer avec une option d’achat;

  • Construire 50,000 logements sociaux par année pour pallier à la pénurie ;

  • Augmenter le budget alloué à la rénovation des logements des personnes âgées et handicapés ;

  • Combattre les pratiques nuisibles des propriétaires ; 

  • Garantir que les citoyens de Marquette ne déboursent pas plus de 20% de leur salaire pour le logement ;

  • Assurer que les personnes ayant des problèmes mentaux soient prises en considération dans les politiques de logement ;

  • Subventionner des constructions écologiques et aussi débourser beaucoup pour des rénovations écologiques ;

  • Et dans tout ça, on ne va pas oublier nos itinérants. On va lutter contre l’itinérance, et également construire des toilettes publiques et fontaines d’eau accessible à tous et aux itinérants. 

  • Intégration des personnes immigrantes:

Pour le Parti Vert du Québec, l’immigration est une force, une richesse. Le gouvernement actuel associe l’immigration à la violence – c’est un amalgame dangereux. Pour eux, si vous êtes immigrant, vous êtes violent ; vous n’êtes pas pacifique ; vous aimez la chicane ; vous êtes extrémiste. Dans ces moments difficiles, il faut réunir les québécois et non pas les diviser. Alors que Marquette et le Québec vivent une importante pénurie de main-d'œuvre, d’autres partis veulent abaisser le seuil du nombre de nouveaux immigrants. Nous au contraire, nous allons augmenter le seuil de 20% pour atteindre 60,000 immigrants par année afin de stimuler l’économie et pallier à la pénurie de main-d’œuvre. Nous allons ainsi, pour mieux intégrer les immigrants dans notre société :

  • Combattre la Loi 96 sur la langue. Nous croyons fermement que le bilinguisme fait notre force. On doit bien sûr protéger la langue française, mais on doit aussi donner le choix aux citoyens de parler l’anglais également. Et, il nous faut créer un climat pour attirer les investisseurs et non pas les faire fuir ;

  • Lutter contre le racisme, la discrimination et le profilage racial dans notre circonscription afin qu’ils puissent se sentir chez eux en toute sécurité, et vivre heureux avec leurs familles ;

  • Accueillir et intégrer des travailleurs immigrants à Marquette tout en créant des ponts, des passerelles, des façons de communiquer qui faciliteront leur intégration pour qu’ils puissent contribuer au développement économique de Marquette.

 

Nous allons offrir les suivants aux québécoises et québécois, incluant les immigrants – ce qui facilitera énormément leur intégration :

  • Des services de garderie gratuits pour toutes les familles. On va imposer une taxe de 1,5% par année sur le capital des institutions financières – ce qui nous permettra de générer plus de $500M par année pour financer la gratuité des CPE. On va recruter et former plus d’éducatrices. Il ne faut pas oublier que les CPE ont permis plus de 70,000 femmes d’avoir accès à un emploi ajoutant plus de $5M au PIB;

  • Le transport en commun gratuit afin d’encourager les gens à utiliser le transport collectif et réduire notre émission de GES par 50% d’ici 2035 ; 

  • La gratuité scolaire pour l’ensemble des étudiants (CEGEP et post-secondaire). Les fournitures d’écoles seront inclues. Ainsi donc, nos jeunes et ceux des nouveaux immigrants pourront ainsi poursuivre des formations gratuitement.

  • Environnement et changements climatiques :

Nous avons de loin le plan le plus ambitieux pour réduire les émissions des GES qui vise le nette-zéro d’ici 2035. Ce qui impliquera une réduction majeure dans tous les secteurs combinés avec des mesures concrètes pour capter le CO2 incluant le reboisement, la capture de méthane et l’interdiction de l’enfouissement des déchets organiques. Le Québec émet environs 85 millions de tonnes de CO2 équivalent (Mt eq. CO2) en 2019, et le secteur des transports demeure le principal émetteur de GES au Québec, avec 36,5 Mt eq. CO2 du total. 
 

Transport :

On mènera Marquette vers une transition écologique avec le transport en commun gratuit. On va instaurer la ligne rose à Montréal y compris à Lachine. Ce qui permettra de soulager la ligne verte et orange, mais aussi relier certains quartiers où le déplacement est extrêmement difficile. Nous voulons aussi la construction de 14 lignes de tramways partout sur l’île de Montréal afin de désengorger l’île, à l’Ouest, au centre et à l’Est, ainsi qu’une ligne à Longueuil et des stations à Laval. Nous allons également :

  • Investir $250M par année dans le développement des infrastructures cyclables et piétonnières et offrir une subvention sur les vélos neufs;

  • Construire des vélo-routes et diminuer de 80% la congestion routière ; 

  • Aménager des zones sans automobiles à Lachine et Dorval ; 

  • Augmenter les amendes pour les infractions environnementales ;

  • Appliquer le concept pollueur-payeur ; mise en place d’une police de l’environnement.

Énergie :

  • Accroitre la production d’hydro électricité et une expansion de l’énergie éolienne, géothermique et solaire. Nous pourrons ainsi vendre le surplus à l’Ontario et les E-U ; 

  • Lutter contre l’étalement urbain et exiger que toute nouvelles constructions soient certifiées LEED.

 

Déchets :

  • Implémenter une politique rigoureuse contre les plastiques à usage unique. On va bannir tous les plastiques à usage unique; on va lutter contre le suremballage ;

  • Bannir l’enfouissement des déchets organiques – les utiliser pour produire du biogaz ;

  • Investir massivement dans biométhanisation des eaux usées et boues municipales.

 

Ressources naturelles :

  • Nous allons promouvoir le reboisement et les espaces verts à Lachine et Dorval afin de conserver la biodiversité et les écosystèmes ; plus de parcs et espaces verts à Lachine et Dorval ;

  • Plus de dialogues et concertations avec les premières nations. Une approche intégrante et cohérente pour impliquer tout le monde. 

 

Gestion de l’eau :

  • Nos eaux, rivières et lacs sont pollués. Les municipalités déversent des millions de litres d’eaux usées dans le fleuve du St-Laurent. Et ces eaux sont pleines de produits toxiques y compris des pesticides et produits pharmaceutiques qui causent des maladies telles que les cancers ; 

  • Nous allons mettre en place des mesures pour mieux garantir une eau saine à nos habitants (bannir les décharges d’eaux usées, des normes plus strictes, plus d’inspections).

Stéphane Richard- Parti Québécois
 
Stéphane Richard - image.png

Crédit photo : Parti Québécois

1. Selon vous, quelles sont les trois grandes forces de la circonscription Marquette ?

Les berges de Lachine et Dorval sont sans aucun doute l’une des forces de la circonscription. Attrait touristique important et paysage à couper le souffle. Les investissements pour leurs protections. Ainsi redonner les berges aux Lachinois, dans les années 90, a été l’une des meilleures idées des administrations précédentes. 

Lachine et Dorval peuvent être des plaques tournantes pour l’économie. La diversité de l’économie locale est en forte progression à travers les deux villes. La rue Notre-Dame, désertée, il y a quelques années, retrouve un charme d’antan et reprend de la force économique. Le potentiel de convertir la rue Notre-Dame en rue Wellington comme Verdun est de plus en plus plausible et nécessaire.

Pour terminer, le développement de Lachine-Est, aussi appelé écoquartier, est sans l’ombre d’un doute une force majeure pour le développement à venir dans la circonscription. Imaginez, être la première ville du Québec en termes de verdissement, de développement technologique écologique et de réduction de GES.

2. Si vous êtes élu comme député de la circonscription Marquette, quelles seront vos priorités d’actions ?

Les raisons premières de mon implication en politique concernent sans aucun doute l’indépendance du Québec, l’éducation et l’environnement. 

Mes priorités d’actions seront, en premier lieu, nos établissements scolaires dans la circonscription de Marquette avec un financement adéquat en éducation.

Pour commencer, encourager le développement du réseau public en diminuant graduellement le financement des écoles privées du Québec. L’implantation d’un réseau 100 % CPE, en convertissant les réseaux privés dans le réseau public  (à l’exception des milieux familiaux) en CPE. Cela permettra de créer plus de 135 000 places à l’échelle nationales.

Se concentrer sur les services manquants :

Augmenter les primes nettement insuffisantes qui ont été consenties aux chauffeurs d’autobus, pour atténuer les effets de la pénurie de main-d’œuvre. Augmenter substantiellement les enveloppes globales octroyées aux centres de services scolaires par le ministère de l’Éducation pour assurer le service qui font actuellement l’objet de négociations visant la conclusion d’ententes avec les fournisseurs en vue de la prochaine rentrée. Dans l’intervalle et de toute urgence, compenser financièrement les familles ayant connu des bris de services au cours de la dernière année, et qui ont dû trouver des solutions de rechange.

Injecter 2,3 milliards $ supplémentaires au budget prévu pour la réfection des établissements scolaires d’ici quatre ans et ainsi mettre les écoles en priorités.

3. Quelle est votre vision d'avenir pour le territoire de la circonscription Marquette?

Encourager la revitalisation de Notre-Dame, cette artère majeure de Lachine doit continuer d’évoluer et devenir une rue Wellington comme il existe à Verdun.

Les nombreux organismes communautaires de Lachine et Dorval doivent être forts et présents. Une ressource nécessaire et qui doit être encouragée et financée adéquatement.

Avec l’arrivée de l’écoquartier, Marquette doit profiter de cette création pour devenir un leader à travers Montréal, mais également le Québec, en tant que ville verte. L’encouragement du verdissement des villes, l’utilisation des vélos et l’encouragement à l’utilisation du transport en commun avec l’arrivée du tramway rose.

4. Quels sont, selon vous, les principaux défis de la circonscription Marquette en lien avec les enjeux suivants et que proposez-vous pour y faire face :

  • Accès à des logements abordables et salubres :

Depuis quelques années, l’accessibilité aux logements abordables est problématique dans l’ensemble du Québec. La circonscription de Marquette n’y échappe pas.

Plusieurs mécanismes peuvent être mis en place pour régler cette problématique grandissante.

En premier lieu, selon l’organisme gouvernemental, AccèsLogis enregistre un retard de 10 000 logements à travers le Québec, il faut y remédier rapidement. Se rajoutera également, pendant 5 ans, la création de 5 000 logements, pour un total de 25 000 dans un premier mandat. 

Par la suite, plusieurs nouveaux phénomènes se répandent à travers la Métropole. Les services d’AirBnb sont rendus problématiques pour plusieurs Montréalais et Montréalaise. C’est pour cette raison que nous voulons interdire sa mise en place dans les villes en dessous de 3 % d’inoccupation, pour permettre à tous et à toutes d’avoir accès à des logements. Le second phénomène contrariant est sans aucun doute les achats par des résidents étrangers qui viennent créer des spéculations immobilières. En leur imposant une taxe de la hauteur de 15 %, nous espérons décourager certains acheteurs à être tenté d’alimenter davantage cette problématique. Finalement, pour contrer les rénovictions, nous voulons implanter un registre des loyers au niveau national et empêcher les nouveaux propriétaires de forcer l’expulsion des anciens résidents pour rénover les propriétés pour ainsi les revendre à profit. Nous proposons le droit à la préemption aux municipalités pour leur permettre la construction de logements sociaux.

Pour terminer, avec l’arrivée de l’écoquartier, de nombreux logements adorables devraient pouvoir s’y planter. Cependant, il existe une clause concernant les habitations de moins de 5 ans qui permet de hausser les loyers sans aucun contraire. Le Parti Québécois désire l’abolir pour conserver le service de logement abordable.

  • Intégration des personnes immigrantes:

Notre capacité d’intégration est dépassée, la situation en habitation en témoigne. L’administration publique, les bureaux de députés et les organismes en immigrations sont débordés. En réduisant les seuils actuels, nous voulons encourager une meilleure intégration des nouveaux arrivants.

Nous aspirons avantager l’intégration des immigrants en : 

  • Régionalisant (répartir dans les régions) au moins 50 % de l’immigration ;

  • Retirant les restrictions prévues sur l’immigration et élargir le Programme d’expérience québécoise (PEQ) aux diplômes d’études professionnelles ;

  • Accueillant officiellement les nouveaux Québécois lors d’une cérémonie d’accession à la citoyenneté québécoise ;

  • Offrant la gratuité des services de francisation aux personnes immigrantes et aux membres de leur famille qui les accompagnent ;

  • Offrant la formation linguistique directement sur les lieux de travail à tous les employés ne maîtrisant pas le français ;

  • Formant un comité de suivi permanent sur l’intégration des personnes immigrantes et sur la lutte contre la discrimination et le racisme ;

  • Rapatriant tous les pouvoirs en immigration pour adapter les programmes aux besoins des régions, mieux prendre soin des travailleurs et veiller à leur intégration en français.

  • Environnement et changements climatiques :

L’environnement est sans aucun doute l’enjeu du 21e siècle. Nous devons mettre en place et cela rapidement des mesures concrètes pour ralentir les changements climatiques. Dorval et Lachine ont la chance de posséder de magnifiques berges. Malheureusement, l’érosion gagne du terrain et pourrait bien faire disparaitre cette beauté lachinoise dans les quelques années à venir.

Au Parti Québécois, nous voulons encourager une meilleure pratique environnementale. 

Nous croyons que cela passe par les moyens de transport des Québécoises et Québécois. Nous voulons doubler l’offre du transport en commun, en électrisant en premier lieu les transports. Implanter un tarif unique et illimité à travers le Québec à un coût de 356 $ par année, l’équivalent de 1 $ par jour. Depuis plusieurs décennies, Lachine et Dorval attendent l’implantation d’un réseau de métro. Nous encourageons l’implantation et la création de la ligne de tramway qui se rendrait directement à l’aéroport de Dorval et encouragerait sans aucun doute l’économie de Lachine et Dorval.

Au niveau plus large, nous consacrerons 1 % du PQ au verdissement des villes. Nous allons également aider les villes dans le développement du transport en commun. Notre objectif est de doubler l’offre à travers le Québec d’ici 2035. Nous ouvrons également la porte au pacte vert de 2 G$ réclamé par les villes.

La fin des hydrocarbures : un rapport du Centre québécois du droit de l’environnement (CQDE) rendu public confirme que le Québec a toute la légitimité voulue pour mettre fin aux activités liées aux hydrocarbures au Québec . Le Parti Québécois déposera donc un projet de loi en ce sens. Le Québec jouit d’un contexte et de ressources énergétiques exceptionnels. Il a tout en main pour devenir un leader mondial en mettant fin immédiatement à toute forme d’exploitation d’énergie fossile.

Félix Vincent Ardea - Indépendant
 

1. Selon vous, quelles sont les trois grandes forces de la circonscription Marquette ?

  1. Marquette est une circonscription avec une forte composante ouvrière. Nous les travailleurs, on produit toute la richesse par notre travail. Nous devons prendre le pouvoir politique et nous en servir pour réorganiser la société en fonction des besoins humains de la majorité qui travaille, pas des profits d'une petite minorité de riches.

  2. Marquette est une circonscription très multinationale. Je suis contre la Loi 21 qui vise à diviser les travailleurs sur la base de la religion.

  3. Marquette est une circonscription très multilingue. Je suis contre la Loi 96 qui cherche à diviser les travailleurs sur la base de la langue et à affaiblir notre capacité de défendre nos intérêts communs contre les attaques des patrons.

2. Si vous êtes élu comme député de la circonscription Marquette, quelles seront vos priorités d’actions ?

Je me présente pour la Ligue communiste. Ma campagne défend les droits et les intérêts des travailleurs.

C'est pour ça que je fais campagne pour un parti des travailleurs basé sur un mouvement syndical combatif, un parti qui mobilisera la classe ouvrière afin de prendre le pouvoir politique.

Comme député, je soutiendrai les luttes syndicales pour de meilleurs salaires et conditions de travail, et toutes les luttes pour les droits des immigrants, pour l'égalité des femmes et contre toute forme de brutalité policière.

3. Quelle est votre vision d'avenir pour le territoire de la circonscription Marquette?

Comme travailleurs, nous sommes frappés par la crise grandissante du système capitaliste mondial. Il n'y a pas de solutions locales à cette crise.

L'avenir des travailleurs qui vivent ou travaillent comme moi, un chef de train au Canadien National, dans la circonscription de Marquette réside dans notre capacité de nous lier aux autres travailleurs, où que ce soit dans le monde, qui luttent pour un monde meilleur.

Ça peut être juste à côté comme les travailleurs de Rolls Royce, qui se sont battus pendant six mois pour défendre leur régime de retraite et avoir des salaires qui suivent l'inflation.

Ou en Ukraine, où les travailleurs et les agriculteurs de ce pays se battent courageusement pour défendre leur indépendance contre l'invasion du gouvernement de Vladimir Poutine. 

Ma campagne défend la révolution socialiste à Cuba. Les travailleurs et les agriculteurs cubains ont montré qu'il est possible de prendre le pouvoir des mains des riches, de renverser les relations de propriété capitalistes et de commencer à construire une société basée sur la solidarité. Il faut mettre fin à l'embargo américain, toujours en place, et qui dévaste la vie des travailleurs et agriculteurs de ce pays.

4. Quels sont, selon vous, les principaux défis de la circonscription Marquette en lien avec les enjeux suivants et que proposez-vous pour y faire face :

  • Accès à des logements abordables et salubres :

Il devient de plus en plus difficile pour les travailleurs de fonder une famille et de subvenir à ses besoins.

Ce sont surtout les femmes qui en portent le fardeau. 

Nos syndicats doivent lutter pour des emplois pour tous, des logements abordables, des soins de santé complets, des garderies, des services de planification familiale, de contraception et d'avortement sécuritaires.

On ne peut séparer ces questions, elles sont toutes liées.

  • Intégration des personnes immigrantes:

Je fais campagne pour que tous les immigrants sans papier aient un statut. C'est une question de vie ou de mort pour les syndicats. Non à toute déportation. 

Aujourd'hui, je soutiens la campagne de Mamadou Konaté, menacé d'être déporté le 30 septembre prochain par le gouvernement canadien. Il risque la mort s'il est renvoyé en Côte d'ivoire.

Je soutiens aussi les syndicats comme la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec qui demandent que des cours de francisation soient donnés sur les lieux de travail pour tous les immigrants qui en ont besoin.

  • Environnement et changements climatiques :

Nos syndicats doivent lutter pour établir le contrôle ouvrier de la production. C'est la seule façon d'assurer la santé et la sécurité au travail, des horaires viables et d'empêcher la destruction de l'environnement.

Les agriculteurs sont les alliés des travailleurs sur la terre. Nos syndicats doivent lutter pour que le gouvernement couvre les coûts de production des agriculteurs. Il faut aussi nationaliser la terre, ce qui assurera son usage par ceux la travaillent et ont intérêt à la protéger.